Robots en Balade - Une exposition interactive de robots
Exposition itinérante - Constructions de petits robots - Robots de l'EPFL
 
Pendu par les pattes, le robot singe en Lego fait mine d’avancer au-dessus du vide, hésite, reprend sa course, s’arrête et retourne à la niche. Sous cette création étonnante de Mario, son camarade Stephan a lui réalisé un robot trieur de briques à jouer. Un truc de dingue: muni de deux capteurs de lumière, l’engin mesure l’intensité de la lumière à la surface de la brique. Si elle est élevée, c’est qu’elle est de couleur blanche; faible, l’objet est probablement noir. Donc, le bras du robot la placera sur un tapis roulant qui la dirigera sur un bac différent... "Décoiffant, non?", relève notre guide Pascal Peitrequin, le regard survolant la dizaine d’engins alignés à la parade...

C’est à l’instigation de ce maître pulliéran qu’une poignée de classes de l’arrondissement (Pully, Paudex, Belmont) soit une centaine d’enfants et d’adolescents (inclus les 6es des écoles genevoises de Dardagny en guest stars) investissent trois jours durant l’Octogone pour présenter des "Robots en balade": "Une exposition interactive pour donner l’envie de bricoler ce qui n’est pas virtuel." Pascal Peitrequin relève lui-même le paradoxe en riant. "C’est une activité pédagogique. Elle permet aux élèves de prendre le pouvoir sur des technologies avancées d’une manière simple et intuitive, ce qui leur évitera aussi de les subir."

"Comprendre, c’est inventer", répétait le pédagogue Jean Piaget. Aussi, des bouts de chou du cycle initial ont imaginé leurs robots par le dessin. Résultat? "Il irait à la douche à ma place" (Estelle); "Il rangerait ma chambre" (Mayara) ou "il dormirait à ma place" (Pierre-Jean)... De plus grands petits du cycle primaire (1-2P) affichent non loin leurs créatures en papier d’argent et doré sur fond noir, devant lesquelles quelques sculptures en carton et autres matériaux de récup’ montent la garde.

Ceux de Dardagny présentent deux androïdes qui s’animent pour aller à la rencontre l’un de l’autre et se serrer la louche. Tout un symbole! A leur côté, le Laboratoire de micro-informatique (LAMI) de l’EPFL ressort quelques-unes de ses bêtes célèbres, comme le robot aspirateur qui tâte les objets, l’effet est toujours bœuf!... Le labo figure parmi les invités-démonstrateurs célèbres de l’expo (lire ci-dessous) qui investit encore l’écran géant de l’Octogone (projection de 100scènes animées, créées par les enfants), un karaoké (la chanson des "Robots en balade")... "C’est en fait un contre-pouvoir aux jeux vidéo où il faut tuer tout le monde", sourit Pascal Peitrequin. "Savoir s’émerveiller sans compétition, c’est bien non? On ne démolit rien, on construit. Et quand ça ne fonctionne pas, on ne juge pas: on reprend la réflexion en groupe pour trouver une voie parallèle qui mènera au succès." Utopique?
   
    JEAN ELLGASS 
   


Initiateur de l’expo et prof de classe de développement, Pascal Peitrequin met de la robotique dans   ses cours: "C’est de la création concrète, qui permet de retrouver le goût des choses simples en favorisant le travail de groupe."

Photos Patrick Martin
.


www.expo-robots.net
GRUYÈRE Salon du modélisme à Bulle

Tradition et technologie

D’une année à l’autre, le Salon romand du modélisme à Bulle confirme son succès. L’édition 2006, la huitième, a attiré 12000 visiteurs. La formule sera d’ailleurs renouvelée l’an prochain. Balade et coups de cœur…
Autre coup de cœur: l’expo itinérante «Robots en balade», qui présente des modèles de l’EPFL. Des choses apparemment toutes simples, construites avec des briquettes Lego ou des… briques de lait. Comme ce projet réalisé en 2003 pour le Collège des Alpes à Pully (VD). C’est une vache reconstituée à l’échelle avec, dans son ventre, huit moteurs qui frappent sur huit cloches avec séquences musicales programmées. Pour les enfants, c’est l’occasion d’expérimenter des technologies avancées, en leur évitant de les subir à travers des objets prêts à emporter…